Rechercher
  • CNPH

Comment se protéger du radon gaz radioactif et cancérigène ?



Un ennemi invisible


Inodore, incolore, invisible… et radioactif. Le radon est un gaz d’origine naturelle, insoupçonnable, classé « cancérogène certain » par l’Organisation mondiale de la santé. Provenant de la désintégration de l’uranium en sous-sol, il est surtout présent dans les régions granitiques et volcaniques.

Ce gaz pénètre dans les bâtiments par le sous-sol, s’immisçant par les fissures d’étanchéité, le passage de canalisation à travers les dalles et les planchers, le moindre interstice. Il s’accumule ensuite, à un niveau particulièrement élevé dans les lieux où l’air est confiné.

Le renouvellement d'air est un paramètre important. Au cours de la journée, la présence de radon dans une pièce varie en fonction de l'ouverture des portes et fenêtres. La concentration en radon est d'autant plus élevée que le bâtiment est confinée et mal ventilée.


La deuxième cause de cancer des poumons


En France, selon les chiffres publiés en 2017 par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), le radon serait responsable de 3 000 décès par an !

Il est à l’origine de 6 à 15 % des cancers du poumon dans le monde, mais également soupçonné de provoquer des cancers de la peau et des leucémies infantiles.

Il représente la deuxième cause du cancer des poumons derrière le tabac et la première chez les non-fumeurs.


Effectuer un dépistage et agir pour diminuer les risques


Le radon est présent partout en France, mais sa concentration dépend de la nature du sol. Une carte d’exposition au radon a été établie par l’IRSN sur des bases géologiques, commune par commune : https://www.irsn.fr/FR/connaissances/Environnement/expertises-radioactivite-naturelle/radon/Pages/5-cartographie-potentiel-radon-commune.aspx#.XhyG-ejYqzw


Lorsque la concentration mesurée s'avère élevée, il est alors nécessaire de rechercher des solutions pour réduire l'exposition au radon. Ces solutions consistent à limiter l'entrée du radon dans le bâtiment, en renforçant l'étanchéité entre le sol et le bâtiment, et à éliminer le radon en favorisant le renouvellement de l'air intérieur (aération, ventilation).

Dans les zones touchées, il est possible d’effectuer soi-même des mesures en se procurant un ou plusieurs dosimètres notamment auprès du laboratoire Klystal qui analyse ensuite les résultats.


Pour contacter ce laboratoire : klystal.radon@gmail.com ou en appelant le n° vert de CNPH : 0800 034 740

23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout